Lettre au vice-recteur aux études concernant la charge de travail

À tous/toutes les membres de l’APUO,

Au cours des derniers mois, bon nombre de membres de l’APUO nous ont communiqué leur insatisfaction face à l’augmentation de leur charge de travail (que l’on sait déjà très lourde) occasionnée par la fermeture de la FESP, l’implantation de VirtuO et l’obligation de passer par des logiciels complexes et peu efficaces pour effectuer des tâches simples, notamment Concur (e-voyage) pour les remboursements de dépenses. Ces transformations s’inscrivent dans une tendance croissante des administrations universitaires à exiger que les professeur.e.s effectuent des tâches bureaucratiques qui étaient auparavant effectuées par un personnel de soutien spécialisé dans ces tâches. Dans un même temps, les administrations universitaires freinent l’embauche du personnel de soutien, dont les membres constatent également une augmentation de leur charge de travail déjà lourde.

Devant cette situation, qui affecte négativement la capacité des professeur.e.s à se consacrer aux activités qui constituent la mission de notre université (enseignement, recherche et service à la communauté), de même que leur santé et celle d’employé.e.s de soutien surchargé.e.s, un groupe de neuf professeur.e.s provenant de cinq facultés a écrit une lettre destinée au vice-recteur aux études. Cette lettre, que vous pouvez lire ici, vise à sensibiliser le vice-recteur à la situation et à l’amener à la corriger par l’embauche de plus de personnel de soutien, de manière à ce que ce personnel puisse s’acquitter des trop nombreuses tâches bureaucratiques qu’on exige désormais des professeur.e.s. Le groupe recueille présentement des signatures supplémentaires avant d’envoyer la lettre. Si vous souhaitez vous joindre à cette initiative en signant la lettre, veuillez simplement envoyer votre nom au complet et votre affiliation principale (unité académique, faculté) à l’adresse suivante d’ici le vendredi 10 novembre : signatureuo@gmail.com.

Nous appuyons cette lettre et vous encourageons à la signer. La charge de travail est un enjeu de plus en plus pressant dans le milieu universitaire. À l’instar de nos actions collectives de l’automne 2016, qui ont convaincu l’administration de revenir sur sa décision concernant les coupes budgétaires à la bibliothèque, cette lettre est importante pour convaincre le vice-recteur aux études que la situation actuelle nuit à l’Université d’Ottawa dans son ensemble.

Le comité exécutif de l’APUO