COVID-19: Mise à jour et recommandations, 23 mars 2020

Chères/chers membres,
 
Ce bulletin présente une mise à jour concernant les négociations de lettres d’entente avec l’administration centrale et offre des recommandations pour les sessions d’hiver et de printemps/été.
 
Lettres d’entente
 
Depuis le 17 mars, l’APUO a proposé six lettres d’entente[1] à l’administration centrale sur les enjeux suivants :
 

  1. Les conditions d’enseignement et d’apprentissage pour le reste de la session d’hiver 2020.
     
  2. Les évaluations de cours par les étudiant.e.s pour la session d’hiver 2020 : l’APUO demande que les données des évaluations de cours pour cette session soient détruites.
     
  3. Les congés universitaires de la session d’hiver 2020 : l’APUO demande que les membres qui sont en congé universitaire du 1er janvier au 30 juin 2020 se voient remettre leurs années créditées pour ce congé.
     
  4. Les processus relatifs aux relations de travail : l’APUO demande que les parties fassent preuve de flexibilité au sujet des délais prescrits dans la convention collective concernant les processus de griefs, les situations disciplinaires, et les plaintes et enquêtes relatives aux droits humains
     
  5. Les processus relatifs aux demandes de permanence et de promotion : l’APUO demande a) que les parties se rencontrent pour clarifier la manière dont les activités des membres durant la période de pandémie seront évaluées; et b) que tous les membres non permanents se voient accorder une année pré-permanence additionnelle.  
     
  6. Les équipements et supports informatiques : l’APUO demande a) que l’employeur fournisse du financement pour que les membres qui ne possèdent pas un ordinateur portable ou un équipement informatique adéquat à la maison puissent l’acheter; et b) que l’employeur fournisse du financement pour rembourser aux membres leurs dépenses informatiques (fournitures, accès Internet, etc.). 

 
Concernant la première lettre d’entente, elle précisait qu’il appartient aux membres de l’APUO de déterminer comment compléter leurs cours et évaluer leurs étudiant.e.s, y compris mais sans se limiter à : (i) décider s’il convient ou non de donner en tout ou en partie leurs dernières séances de cours via internet; (ii) décider s’il convient ou non de modifier la structure de l’évaluation – y compris les examens finaux et l’attribution d’une note Succès/Échec pour les cours. Or, l’administration centrale a refusé notre proposition. Elle a préféré confier aux exécutifs facultaires le soin de décider en ces matières, de sorte que la situation actuelle en est une de forte asymétrie des conditions d’enseignement et d’apprentissage entre les différentes facultés pour le reste de la session d’hiver 2020. 
 
Nous souhaitons négocier avec l’administration centrale au sujet des cinq autres lettres d’entente que nous lui avons proposées, mais quatre d’entre elles sont jusqu’à présent demeurées sans réponse. Nous vous informerons de l’évolution de la situation au cours des prochains jours.
 
 
Recommandations pour le reste de la session d’hiver 2020
 
Suite au refus de notre proposition de lettre d’entente sur les conditions d’enseignement et d’apprentissage par l’administration centrale, nous réitérons les recommandations transmises dans notre bulletin du 19 mars :
 

  1. Interprétez les directives de vos facultés respectives à la lumière de la convention collective, notamment les articles 9 (Liberté universitaire) et 22.2.3.1(Dispositions particulières à certaines formes d’enseignement). En cas de doute, n’hésitez pas à nous consulter.
     
  2. Vous n’êtes pas tenus de créer des cours en ligne et à distance.
     
  3. Vous n’avez pas à adopter une définition particulière ou étroite de ce que signifie l’enseignement « à distance », ni à vous astreindre à une reddition de compte particulière à votre décanat ou votre direction d’unité concernant les décisions que vous prenez à cet égard.
     
  4. Vous pouvez exercer toute la marge de manœuvre requise dans le choix des méthodes d’enseignement, dans l’adoption et l’amendement de formules d’évaluation appropriées, et quant au format de livraison de l’enseignement.
     
  5. La liberté académique et le bon jugement professionnel sont des guides essentiels lorsqu’il s’agit de déterminer les modalités relatives à l’achèvement des cours enseignés dans le respect des droits des étudiant.e.s et des normes professionnelles en vigueur dans vos disciplines.
     
  6. Ne mettez pas en danger votre santé et votre bien-être, ne vous demandez pas l’impossible. Ni vous, ni vos étudiant.e.s, ni l’Université ne seront bien servis si vous vous épuisez. Nous voulons tous et toutes être à la hauteur de la situation exceptionnelle que nous traversons, mais cela veut aussi dire qu’il importe de reconnaître et d’accepter que la fin de la session d’hiver 2020 ne sera probablement pas, sur le plan de la qualité de l’expérience d’enseignement et de l’expérience d’apprentissage, l’égal de ce qu’elle est en temps normal. 

 
Recommandations en vue de la session de printemps/été 2020
 
Dans l’état actuel des choses, il ne serait pas surprenant que l’administration centrale annonce sous peu que tous les cours de la session de printemps/été 2020 seront offerts en ligne et à distance. Nous avons d’ailleurs appris que certain.e.s d’entre vous ont reçu, de la part de leur décanat ou de leur direction d’unité, une demande de convertir leur(s) cours de la session printemps/été 2020 en cours en ligne et à distance.
 
Voici nos recommandations à ceux et celles qui ont une charge d’enseignement prévue à la session printemps/été 2020 :
 

  1. Si vous êtes disposé.e à convertir votre/vos cours en cours en ligne et à distance, nous vous recommandons de communiquer dès maintenant avec votre doyen.ne et votre directeur.trice d’unité pour obtenir l’assurance (a) que le nombre maximum d’inscriptions de votre/vos cours ne sera pas revu à la hausse; (b) que vous aurez droit à un.e assistant.e (contrat de 130 heures) par cours dont la tâche principale sera de vous aider à procéder à la conversion.
     
  2. Si vous ne souhaitez pas convertir votre/vos cours en cours en ligne et à distance, nous vous recommandons de communiquer dès maintenant avec votre doyen.ne et votre directeur.trice d’unité afin de les informer que vous ne consentez pas à donner votre/vos cours de la session printemps/été 2020 en ligne et à distance (en vertu de l’article 22.2.3.1 de la convention collective) et que vous demandez que ce ou ces cours soient déplacés à la session d’automne 2020 ou la session d’hiver 2021, selon votre préférence.

 
Si vous n’avez pas de charge d’enseignement prévue à la session printemps/été 2020 mais que vous êtes disposé.e à convertir certains cours en cours en ligne et à distance et à les offrir lors de cette session, nous vous recommandons de communiquer dès maintenant avec votre doyen.ne et votre directeur.trice d’unité afin de les en informer. Nous vous recommandons également d’obtenir l’assurance (a) que le nombre maximum d’inscriptions de votre/vos cours sera raisonnable; (b) que vous aurez droit à un.e assistant.e (contrat de 130 heures) par cours dont la tâche principale sera de vous aider à procéder à la conversion.
 
N’hésitez pas à communiquer avec nous si besoin est.
 
L’exécutif de l’APUO

 
[1] Une lettre d’entente peut être définie de la manière suivante: il s’agit d’une entente qui sort du cadre de la convention collective et qui souvent supplante ou élargit des articles de la convention collective. Les lettres d’entente ne suivent pas la trajectoire d’une convention collective et doivent être renouvelées par les parties au moment de leur date d’expiration.